Comment sécuriser sa maison contre le cambriolage ?

Sommaire

Comment sécuriser sa maison contre le cambriolage ?

Selon le Ministère de l’Intérieur Français, les chiffres sur le cambriolage de maisons en France  sont alarmants : en 2017, 292.000 foyers se sont fait cambrioler et 277.000 autres ont été à deux doigts de l’être (tentative de cambriolage). Dans plus de 65% des cas, les maisons inhabitées sont les cibles, ce qui signifie qu’il s’agit plus d’un vol d’opportunité que d’un réel acte prémédité. 86% des  cambrioleurs ont forcé la porte ou la fenêtre de la maison par des moyens traditionnels (par exemple, forçage de la serrure, bris de fenêtre) dénotant le caractère rudimentaire du vol avec effraction perpétré[1].

Outre la nécessité de se prémunir contre ce phénomène recrudescent, ces statistiques révèlent aussi que plus de 270.000 cambriolages ont été avortés car les maisons ont suffisamment été protégées et que plus de 250.000 autres auraient pu être évités si les propriétaires avaient dûment pris les mesures qui s’imposent pour protéger leur maison.

Cet article fait donc un inventaire des moyens à la disposition de tout un chacun afin de sécuriser sa maison : des moyens impliquant la structure de votre maison, d’autres nés du développement de la technologie ou tout simplement issus du bon sens.

Protéger les entrées et les sorties (fenêtres et portes)

64% des cambriolages ont été exécutés au moyen d’une effraction au niveau de la porte d’un domicile quelconque. Dans 22% des cas, le voleur est passé par la fenêtre. La première chose à faire pour ne pas être inquiété des cambriolages est donc de renforcer les dispositifs de sécurité au niveau des entrées de la maison ; cela concerne tout aussi bien les accès directs (portes et fenêtres) que les accès éloignés (la clôture).

Dès la clôture

Protéger sa maison c’est d’abord empêcher quiconque que vous n’avez pas autorisé, d’entrer chez vous ou même de passer la clôture. A cet effet, deux solutions sont conseillées : installer une barrière de sécurité et/ou une clôture électrifiée.

Barrière de sécurité

« Barrière de sécurité » doit ici être entendue dans son sens général, rejoignant plus celui de la clôture elle-même. En effet, il est plus efficace de bloquer les éventuels délinquants dès cette barrière, de sorte à minimiser le risque qu’ils pénètrent chez vous.

La barrière de sécurité peut ainsi prendre la forme :

D’une clôture ou d’une haie.

Dans ce cas, elles devront être suffisamment hautes pour rendre difficile le passage et n’avoir qu’une seule ouverture pour la porte vous permettant de passer. Si vous optez pour une clôture métallique, des pics ou des fils barbelés en hauteur ne seront pas de trop. Dans le cas d’une clôture végétale, n’hésitez pas à recourir à des plantes à épines.

Force : système simple et abordable

Faiblesse : si le cambrioleur a le temps, le dispositif est inefficace.

D’une barrière à infrarouge

C’est une solution plus moderne. Il s’agit d’un dispositif d’alarme à installer à l’extérieur, de préférence à quelques mètres de la maison (sur une clôture, près de la piscine, dans le jardin). Il fonctionne comme un détecteur de mouvements spécialement dessiné et conditionné pour l’extérieur de la maison.

Souvent d’un design discret prenant plus ou moins la forme d’un barreau (d’où le nom d’ailleurs) et supportant les aléas climatiques, une barrière à infrarouge émet le son d’une sirène dès que quelqu’un passera par chez vous.

Force : dispositif fortement dissuasif

Faiblesse : efficacité dépendant du modèle choisi, notamment au niveau de la surface couverte.

Clôture électrifiée

Il fut un temps où ce type d’installation fut réservé aux exploitations agricoles. Désormais, les particuliers peuvent également s’en servir pour protéger leur maison contre le cambriolage. L’électricité circule donc sur la barrière et quiconque tentera de l’escalader sera électrocuté. Ce système dissuade l’effraction ou du moins, la retarde.

Cependant, notez bien que l’usage de ce système est soumis à des conditions légales strictes :

  • D’abord, ce dispositif n’est possible que si le mur ou la clôture en question vous appartient à titre individuel. Il est interdit pour les mitoyennetés ainsi que pour un bien public ;
  • Ensuite, il faut le déclarer auprès de votre commune et fournir une attestation d’homologation et une fiche de conformité que des ingénieurs certifiés vous délivreront ;
  • En outre, il doit être alimenté par un dispositif privé et non directement branché sur le réseau électrique. En effet, la puissance émise est strictement réglementée en fonction des objectifs visés ;
  • Enfin, vous devez en informer tous ceux qui passent au moyen d’une pancarte lisible jaune 10×20 cm tous les 50m, à une hauteur minimale de 25mm.

Force : système souvent dissuasif, ne serait-ce que par son nom ;

Faiblesses : système nécessitant le recours à un ingénieur pour éliminer les risques inutiles et soumis au fonctionnement du courant (s’il y a coupure au niveau de la source de l’électricité, il ne marchera évidemment pas).

Au niveau des portes et fenêtres

Tout de suite après votre clôture, ce sont vos portes et vos fenêtres qui sont les plus vulnérables étant donné que les cambrioleurs passeront forcément par ces accès-là dans la majorité des cas. Renforcer une porte n’est pas tout à fait la même chose que renforcer la sécurité d’une fenêtre, même s’il existe quelques similitudes.

La porte

Sécuriser une porte implique de monter d’un cran la sûreté de trois de ses composants, au moins : la serrure, le bâti de la porte et sa paumelle.

La serrure

La serrure est le système qui enclenche la fermeture ou l’ouverture d’une porte, qui guide tout le mécanisme. Les cambrioleurs s’attaqueront en premier lieu à elle. D’une manière générale, la durée qu’il leur faut pour venir à bout de la serrure ainsi que leur discrétion seront des critères déterminants de la réussite de leur effraction. Par conséquent, si la serrure est suffisamment robuste pour leur prendre plus de 5 minutes ou si la forcer créé du bruit, alors les délinquants se décourageront plus vite.

Ainsi, pour garantir la sécurité de votre maison, optez pour une serrure difficile à fracturer, à arracher,  à scier et à forcer.

  • Installez un cylindre afin qu’elle ne puisse pas être percée et un pêne, pour qu’elle ne se fasse pas scier ;
  • Préférez les serrures multipoints (d’un minimum de trois points). Il s’agit d’une serrure dans laquelle les points de fermeture d’une porte sont répartis sur l’ensemble de la porte et non, concentrés sur une seule partie mais dont la commande est unique au niveau de la clé. Ce genre de dispositif peut être installé sur n’importe quelle porte, pourvue que celle-ci soit âgée de moins de 20 ans.

serrure multipoint

Les serrures certifiées A2P (Assurance Prévention Protection) sont les meilleures. Pour obtenir cette certification, chaque serrure a, en effet, été éprouvée et reconnue comme résistance par une très large communauté d’experts pour sa vertu protectrice contre l’intrusion (par champ magnétique, arrachement, sciage du pêne, perçage des cylindres, etc.) et l’incendie.

  • Optez pour le type de « clé » qui correspond à votre mode de vie : si le mécanisme de la serrure est préservé grâce à l’existence d’une multiplicité de points, il faut aussi garantir que les éventuels cambrioleurs n’aient pas accès à la clé qui enclenche ledit mécanisme. A cet effet, notez que les types de clé sont extrêmement diversifiés actuellement.
Type de cléFonctionnementAvantagesInconvénients
La clé métallique traditionnelleInsertion de la clé pour débloquer physiquement le mécanismeOutil pratique, simple et abordableDispositif facilement copiable au moyen d’un double de clés volé ou de tout autre métal épousant les formes de la clé
La carteInsertion d’une clé magnétique ou dotée d’une puce électroniqueSystème commode et traçableCarte valant plus cher qu’une clé traditionnelle ;

Risque de piratage.

Les codesActionnement du mécanisme manuellement ou automatiquement dès insertion du codeDispositif très sécurisé, en particulier pour le domicile d’un particulier (très peu de vol longuement prémédité)Risque d’oubli du code ;

Code demeurant déchiffrable.

La clé biométriqueSystème actionné au moyen d’empreintes digitales, oculaires ou vocales spécifiquesSystème ultra-perfectionné, éliminant tous les risques de vol d’opportunités.Dispositif pouvant être franchi par les voleurs déterminés et préparés avec un risque accru sur la personne (titulaires des empreintes en question).
La clé électriquePorte déverrouillée au moyen d’un bouton, souvent combiné avec un code ou une carteDispositif similaire à la clé par code ou par carte, avec tous les avantages qui s’y rattachentSystème dépendant du fonctionnement du réseau électrique
La clé connectéeOuverture de la porte au moyen d’une application installée dans le smartphoneSystème pratique, accessible à tous ceux qui habitent dans la maison (nul besoin d’un double) et entièrement configurable (heure/jour auxquelles l’ordre provenant de tel smartphone est recevable ;

Système doublé d’une alerte aux propriétaires dès que quelqu’un utilise la clé.

Dispositif pouvant subir un hacking.

Force : une serrure renforcée équivaut à 80% des risques de cambriolage éliminés

Faiblesse : système insuffisant face aux voleurs les plus avertis.

Le bâti de la porte

Dénommé également  « dormant de porte », il s’agit de la partie immobile d’une porte qui est ancrée dans le mur par opposition au « battant » qui constitue la partie mobile.

dormant porte

Si les cambrioleurs n’arrivent pas à venir à bout de la serrure, ils s’attaqueront probablement à ce qui maintient sa structure. Aussi, sécuriser sa maison équivaut aussi à renforcer le bâti de porte en le construisant à partir d’une plaque blindée ou métallique.

Il s’agit aussi d’installer des cornières  antieffraction sur le contour de la porte. Ces dernières sont bruyantes et font office d’alertes, en plus d’être efficace contre les pinces, le pied-de-biche et autres outils utilisés dans le cadre d’un cambriolage. Le plat de recouvrement peut aussi s’avérer utile pour bloquer ses matériaux de cambriolage entre deux portes.

corniere porte

Force : système permettant de gagner du temps pour lancer l’alerte

Faiblesses : dispositif inefficace à lui seul ; dispositif valant assez cher.

La paumelle

La paumelle  combine les gonds (à pointe) et l’œil. La somme permet la mobilité d’une porte et sa semi-rotation pour s’ouvrir et se fermer. Il s’agit des branches mâles et femelles qui se combinent pour relier le battant de la porte au bâti.

paumelle porte

Souvent, les cambrioleurs viendront s’attaquer aux paumelles lorsqu’ils n’auront pas pu casser la serrure, ni ne sont venus à bout du bâti. Ils viendront pour dégonder la porte en brisant la paumelle ou en séparant la partie mâle de la partie femelle. Pour renforcer cette partie, vous pourrez :

  • Mettre en place des renforts sur du platine ou un système à tenons ou à douille, lesquels visent à renforcer le support de la paumelle pour qu’elle ne puisse être dégondée ;
  • Opter pour une paumelle 3D dont la spécificité est la difficulté de son démontage.

La force et les faiblesses de ce dispositif sont assimilables à ceux du bâti de porte, précédemment évoqués.

Remarque :

  • Un renforcement de serrure, du dormant et de la paumelle constituent ce que les professionnels appellent un « blindage de porte ». Pour sécuriser davantage sa demeure contre un cambriolage, le particulier peut donc recourir à cette formule comprenant les trois opérations décrites plus haut.

Avantage : toutes les démarches exécutées en une seule fois par un professionnel.

Inconvénient : Coût élevé de la prestation, en particulier pour le blindage de porte certifié (tous les dispositifs répondent à une norme donnée).

La porte blindé

Le particulier peut aussi choisir de s’équiper directement d’une porte blindée, qui est une structure totalement métallique sur toutes les parties de la porte et intégrant tous les composants pour décourager les malfaiteurs comme la cornière antieffraction.

Avantage : porte souvent à toute épreuve

Inconvénient : un moins au niveau de l’esthétique et de la praticité.

Les fenêtres

Dans plus de 20% des cas, les fenêtres sont la voie par laquelle les cambrioleurs passent. Et pour cause, elles sont vulnérables car les premiers soucis des propriétaires sont souvent l’esthétique, l’étanchéité, l’isolation du son et de la température plus que la sécurité. D’ailleurs, la majorité des fenêtres présentes sur le marché fonctionnent avec des gâches coulissantes rendant particulièrement aisé l’effraction : il suffit d’un tournevis pour la faire bouger de manière silencieuse et hop, le cambrioleur s’est introduit chez vous.

Afin de sécuriser au mieux votre habitation, voici donc quelques bonnes pratiques à adopter :

Installez des verrous sur les fenêtres

Il en existe plusieurs types dont le verrou prenant la forme d’une gâche de sécurité et le verrou automatique sont les plus robustes. Dans le premier cas, la tête de la gâche qui ressemble à un champignon bloque le mouvement de la fenêtre pour que celle-ci ne puisse pas être ouverte. Dans le second cas, le mécanisme est automatique : à chaque fermeture de la fenêtre (ou d’une porte fenêtre), un verrou s’actionne de manière machinale.

Avantage : système simple et pouvant être installé sur n’importe quelle fenêtre

Inconvénient : qualité du verrou à bien regarder, sinon il y a un risque de blocage total

Préférez les vitrages de sécurité feuilletée aux vitrages simples

verre triple

 

Avec un vitrage simple, un cambrioleur mettra moins de 30 secondes pour passer votre fenêtre, souvent en la brisant. Avec un vitrage multicouche, dit encore feuilleté , vous arriverez à gagner du temps et par là-même à décourager le délinquant. Plus il y aura de couche, plus il lui faudra longtemps pour en venir à bout.

Avantage : dispositif 3 en 1 pour plus de sécurité, pour une meilleure isolation acoustique et pour réduire les blessures si jamais une partie de la vitre se brise

Inconvénient : système insuffisant à lui seul pour renforcer toute la fenêtre.

Mettez une grille de protection

La meilleure alternative pour empêcher une personne de passer par la fenêtre est certainement l’installation d’une grille de protection. Que celle-ci prenne la forme d’un grillage ou de barreaux métalliques, l’important est que la grille soit métallique et impossible à enlever.

Force : structure à petit prix et permettant irrémédiablement de faire perdre beaucoup de temps aux cambrioleurs

Faiblesse : le côté esthétique n’est pas toujours sauvegardé.

Optez pour une poignée bloquante

Pour sécuriser vos fenêtres, les poignées qui se déverrouillent uniquement de l’intérieur sont également pratiques. Semblables aux serrures dites « espagnolettes », elles permettent d’éviter que vos fenêtres ne soient forcées ou percées.

Avantage : plus de sécurité, tout en préservant le rôle d’aération d’une fenêtre (lorsque vous serez chez vous)

Inconvénient : risque que le propriétaire oublie d’actionner la poignée, à moins qu’elle ne soit automatique.

Exécutez correctement le montage

Les fenêtres sont souvent fragiles à cause d’une faille dans son montage. Aussi, rappelez-vous que les mêmes principes appliqués pour les portes peuvent être repris ici : un choix judicieux de la charnière (assimilable à la paumelle de porte), un renforcement du bâti et l’installation de taquet antivol (un peu comme les cornières antieffraction) sont toujours de mise.

Quid du chien ?

L’entrée de votre maison peut également être protégée par un animal de compagnie, en particulier le chien. A cet effet, il peut être considéré comme un dispositif de sécurité supplémentaire pour dissuader les cambrioleurs.

Cependant, notez bien que choisir un chien pour garder votre maison n’est pas un choix sans contrainte :

  • Contraintes financières ayant trait à l’acquisition de l’animal (pouvant dépasser les 1000 euros selon la race), à son suivi médical et son alimentation, aux frais de dressage (car pour être efficace, votre chien doit forcément vous obéir), à la souscription obligatoire d’une assurance en responsabilité civile ;
  • Sur ce dernier point, il y a donc aussi la contrainte de responsabilité pour tout dommage causé par le chien sur une personne ou les biens d’autrui, chaque fois que les faits n’entreront pas dans le cadre d’une légitime défense. Le cambriolage constitue bien évidemment, un cas de légitime défense ;
  • Contraintes affectifs car la vivacité de la garde effectuée par le chien sera tributaire du  développement d’un lien d’affection entre les propriétaires et le chien.

Parmi les chiens efficaces comme gardien de la maison, nous pouvons citer : le berger allemand ou belge, le beauceron, le doberman ou les Rottweilers. L’appropriation de ces derniers est soumise à une législation stricte dont une déclaration auprès de votre commune. Les Pitbulls, quant à eux, sont interdits en France.

Installer des équipements dissuasifs et d’alerte

Une deuxième façon de sécuriser sa maison contre les cambriolages est de recourir aux produits high-tech afin de vous aider. Sans être spécifique aux portes et aux fenêtres cette fois-ci, nous allons évoquer les outils nés du développement technologique qui permettent d’améliorer votre système de sécurité.

Le détecteur de présence sous toutes ses formes

Vous pourrez davantage assurer la sécurité de votre résidence en réagissant plus vite. Un des moyens les plus efficaces pour réagir en temps réel est l’usage du détecteur de présence/ détecteur de mouvements.

détecteur de mouvement

Le principe est simple : vous activez le détecteur de présence chaque fois que vous le voulez (généralement lorsqu’il n’y a personne chez vous). S’il y a un intrus et éventuellement un cambrioleur, celui-ci se mettra en marche. Sa réaction sera, selon le modèle, passive ou active :

  • Un détecteur de présence actif est souvent relié à un autre dispositif pour faire savoir au cambrioleur qu’il a été détecté (système d’éclairage, alarme, sirène ou plus rarement, l’arrosage automatique du jardin). L’objectif est de le dissuader dans sa démarche – ce qui est souvent le cas même s’il y a tout de même des exceptions (en particulier pour les maisons isolées où la réaction de la police ou du voisinage prendra un certain temps) ;
  • Le détecteur de mouvement est passif lorsqu’à chaque fois qu’il se déclenche, il reste silencieux. Il n’est relié à aucun autre système de la maison. A la place, il se connecte à un système radio ou au wifi pour informer, soit le propriétaire, soit la police, soit le voisinage, soit une société de sécurité de l’existence de l’intrusion. La réaction doit, par conséquent, venir des personnes informées.

Rappelons que la détection se fait soit par infrarouge (détection de chaleur et qui ne passe pas les parois), soit par ultrasons (dont la portée est limitée), soit en combinant ses deux technologies, soit par détection sonore (détection du bruit, portant souvent à confusion).

Force : système souvent imprévisible pour le cambrioleur, d’où son efficacité

Faiblesse : efficacité dépendant du rayon couvert par le détecteur (existence d’angle-mort), du choix stratégique de son emplacement et de sa sensibilité (car il peut aussi prêter à confusion lorsqu’il détecte tout et n’importe quoi).

Le simulateur de présence et les produits assimilés

Comme nous l’avons évoqué à titre introductif, la majorité des cambriolages sont des vols d’opportunité. Ils se déroulent au moment où la maison est vide, plus particulièrement durant la période des vacances et des fêtes et lors des heures du bureau (si les éventuels cambrioleurs ont pris le temps d’étudier votre emploi du temps). Aussi, simuler une présence chez soi est un moyen fort efficace pour sécuriser sa maison lorsqu’on est absent.

simulateur de présence

Le principe d’un simulateur de présence

Il s’agit de mettre en route des appareils électriques/électroniques pilotables chez soi pour faire croire que le propriétaire est à la maison. Le déclenchement peut se faire, soit au moyen d’une télécommande, soit au moyen du wifi (par le moyen d’une application le plus souvent), soit par pré-programmation (vous programmez à l’avance l’heure à laquelle tel ou tel appareil se mettra en marche).

Les simulateurs de présence « simples »

Un simulateur de présence n’a pas forcément à être compliqué. On peut déjà nommer ainsi, par exemple, un luminaire du salon auquel on aura pris le soin d’installer un minuteur, une prise réglable rattachée à la radio ou à l’arrosage automatique.

Beaucoup de sociétés revendent actuellement des packs de simulateurs de présence, comprenant un programmateur, une télécommande et un capteur à installer sur l’appareil à déclencher ou un faux appareil (ex : une fausse télévision).

La domotique et la simulation de présence

La domotique est la technologie par laquelle la maison (et plus particulièrement tous les appareils qui y sont) est connectée à internet et peut être commandée à distance via une application dédiée. Elle concrétise donc l’idée du smarthome.

Pour créer une simulation de présence de haut niveau, la domotique est essentielle. Ainsi, le propriétaire sera en mesure de tout faire, de là où il se trouve : abaisser les volets, allumer la lumière, mettre en marche le lecteur CD, … Le tout, par la voie du réseau wifi et sur commande à partir de l’application installée sur son smartphone.

Avantage de la simulation de présence : effet dissuasif

Inconvénients : les systèmes les plus performants valent chers ; il faut faire attention à ne pas répéter les mêmes choses car si le cambrioleur est du genre récidiviste, il s’en rendra compte tôt ou tard.

L’interphone et le visiophone

Ces deux éléments ne sont pas à proprement parler des outils de renforcement de la sécurité de la maison contre le cambriolage. En principe, ils servent à identifier quelqu’un qui vous rend visite et à communiquer avec eux pour vous assurer de leur identité (ce qui reste tout de même utile pour vous assurer que vous laissez entrer les bonnes personnes chez vous).

Cependant, avec le progrès de la technologie, certains interphones et visiophones peuvent participer à l’amélioration de la sécurité de la maison. Il en est ainsi, par exemple, des modèles qui intègrent le mode « espion », c’est-à-dire qui enregistre en continue ce qui se passe à l’extérieur sans qu’une personne ait à appuyer sur le bouton de communication ou des modèles qui permettent aux propriétaires de voir ou d’entendre ce qui se passe à l’extérieur sur commande de leur part.

Avantage : système 2 en 1, très pratique

Inconvénient : prix variable selon la marque, pouvant être élevé pour les modèles avec des options technologiquement avancées.

La caméra de sécurité avec toutes les options possibles

Afin d’assurer la sécurité de votre domicile, installer une caméra de surveillance peut aussi être fructueux. Si ce n’est pour vous prévenir de l’infraction, au moins vous aurez des éléments de preuve pour étayer votre version des faits et peut-être identifier le cambrioleur.

Ainsi, les caméras de sécurité les plus simples sont passives et permettent d’enregistrer ce qui se passe (sur un disque dur physique ou virtuel). Toutefois, la majorité des caméras d’aujourd’hui sont réactives – ou plus précisément, permettent une réaction de votre part :

  • Certaines caméras sont connectées au wifi (des caméras dites IP) ou à l’Ethernet pour vous retransmettre en direct ce qui se passe chez vous (à l’intérieur ou à l’extérieur, selon le lieu où elle est installée) ;
  • La plupart intègrent des détecteurs de mouvements et offrent donc tous les avantages qui accompagnent ce système (cf. supra).

Les plus grands avantages viennent du fait que ces caméras sont souvent faciles à installer (en particulier celles qui fonctionnent sans fil), fonctionnent de jour comme de nuit (lorsqu’elles sont à infrarouge), sont par elles-mêmes dissuasives (la présence de caméra décourage les voleurs d’opportunités et ceux qui ont peu d’expérience) ou affichent une très grande discrétion (les mini-caméras).

Par contre, les modèles les plus perfectionnés valent un certain prix. En outre, il faudra faire attention à choisir le lieu où la caméra sera installée pour assurer que tous les angles sont couverts et pour obtenir l’effet voulu (dissuasion ou discrétion).

Vous pouvez consulter notre guide d’achat des caméras de wifi externes pour plus d’information.

Protéger à l’intérieur de la maison : le coffre-fort

Si malgré tous vos efforts à empêcher qu’un cambrioleur accède à votre maison, celui-ci réussit tout de même à entrer, sachez que vous n’avez pas encore tout perdu. Il existe un dernier rempart à mettre en place pour sécuriser vos objets de valeur : le coffre-fort. En effet, plus de 65% des cambriolages sont perpétrés afin d’acquérir de l’argent ou des bijoux ; 20% des produits high-tech comme les smartphones ou des enceintes. Le reste étant partagé entre les documents, les meubles, les vélos ou des outils quelconques (arrosoirs, scie, …). Le coffre-fort garantira ainsi la sécurité de cibles prisées du cambriolage.

Quel type de coffre-fort choisir ?

Il existe des coffres-forts entrée de gamme et d’autres qui sont haut de gamme. La classification tient souvent sur trois critères confortés par des normes :

  • La robustesse du matériel du coffre-fort (norme EN 1443-1), le rendant à l’épreuve des tentatives d’ouverture par la force, qu’il s’agisse d’arrachement, de sciage ou d’enfoncement ;
  • La capacité du coffre-fort à résister au feu et à n’importe quel type de choc thermique ainsi qu’à la chute (norme EN 1047).

Pour ces deux premiers critères, le test de résistance doit en particulier se focaliser sur la porte qui est la partie la plus faible du dispositif.

  • La qualité de la serrure (norme EN 1300) qui rejoint l’exigence d’une serrure A2P (cf. serrure de porte supra). Ici encore, le propriétaire aura le choix entre une clé traditionnelle, une clé à disque, une combinaison digitale ou une clé biométrique.

Pour s’assurer que le cambrioleur ne parvienne pas à forcer le coffre ou ne dispose pas d’un temps suffisamment large pour le faire, il vaut mieux acheter un coffre-fort combinant toutes ces caractéristiques.

Les bons réflexes à avoir avec un coffre-fort

Rappelons tout d’abord que le coffre-fort est soit encastrable (lorsqu’il est implémenté au moment d’une construction, d’une rénovation ou lorsque des travaux spéciaux sont effectués pour le mettre en place), soit à poser. Dans ce dernier cas, il convient de le « clouer au sol » au moyen d’un système de fixation robuste afin que les voleurs ne puissent pas emporter le coffre avec eux – ce qui serait pire comme situation.

En outre, bien qu’il soit en principe inébranlable, il est préférable de cacher le coffre-fort pour que les voleurs n’aient même pas le loisir de le mettre à l’épreuve. Evitez les cachettes évidentes, souvent évoquées dans les films et à la télévision et faites preuve d’originalité.

Une question d’attitude

Sécuriser sa maison contre le cambriolage est, dans une large mesure, une question d’attitude. Si vous n’avez pas une attitude vigilante et responsable, vous aurez beau installer tous les dispositifs de prévention et de renforcement des portes et fenêtres, cela ne servira à rien. Que signifient exactement vigilance et responsabilité, pris dans un contexte de prévention des cambriolages ?

Vis-à-vis de vos objets de valeur

Ce sont les cibles des cambrioleurs. La prudence est donc particulièrement de mise vis-à-vis d’eux. Ainsi, il vaut mieux :

Ne pas les conserver à la maison

Les banques ou autres organismes de stockage des objets de valeurs ont été spécialement créés à cet effet. Il n’y a donc aucune raison de ne pas y avoir recours. Ne gardez chez vous que le strict nécessaire.

Bien les cacher

Si vous insistez pour les avoir près de vous, le minimum serait de bien les cacher. Oubliez les cachettes bateau : sous le lit, dans un tiroir de votre bureau, et imaginez les endroits auxquels le cambrioleur ne s’attendra pas. Juridiquement, nul ne peut se vanter de sa propre turpitude ; aussi l’assurance ne manquera pas de vous le rappeler si jamais elle trouve des indices prouvant que vous n’avez pas caché vos objets de valeur.

Ne pas en informer n’importe qui

Les cambriolages naissent souvent des ragots et de toutes les informations qui circulent concernant vos avoirs. Evitez donc de vous vanter de l’acquisition d’un nouveau bijou ou de l’encaissement d’une somme considérable. Cet acte serait le déclencheur de l’envie chez vos futurs braqueurs.

Conserver une traçabilité

Malgré tout, le cambriolage peut ne pas rester au stade de tentative. Pour la police ainsi que pour vos assureurs, il est important que vous gardiez toujours les traces du bijou : des photographies pour les identifier (en particulier, les bijoux), des traces de son parcours jusqu’à vous (facture d’achat, certificats de bijoutier, justification de provenance,…) et si possible, une traçabilité après le vol (exemple, marquage ou installation d’un mini-GPS sur le bijou volé).

Vis-à-vis de vos absences

La vigilance ne sera jamais autant nécessaire que lorsque vous ne serez pas chez vous. Outre les outils précédemment cités, il y a certaines choses que vous pourrez aussi faire par vous-même pour empêcher une éventuelle effraction :

S’entraider avec son voisinage

Il s’agit de prévenir ses voisins dignes de confiance de son absence afin que ceux-ci prennent le relai pour surveiller votre maison. Les communautés les plus soudées organisent même des gardes tournantes ou des rondes afin de limiter les cas de cambriolage, surtout durant l’été.

Recourir aux forces de l’ordre

Connaissez-vous l’existence du formulaire « tranquillité vacance » au niveau de la police ? Il s’agit d’un formulaire que vous aurez à remplir pour demander que les forces de l’ordre viennent faire des rondes durant votre absence. Vous informez donc en même temps l’Administration de votre absence et bénéficiez de leur appui concernant votre sécurité. Recourir à ce service public est entièrement gratuit et a fait baisser le cambriolage de plus de 30% durant l’été, entre 2013 et 2017.

Ne pas informer de votre absence

Encore une fois, n’incitez les cambrioleurs en révélant partout que vous allez partir – encore moins si vous en précisez la période. Au contraire, faites croire que vous serez toujours là, par vos paroles d’abord puis par un simulateur de présence après.

D’une manière générale…

… Sécuriser sa maison c’est :

Etre prudent

Et vérifier par deux fois que vous avez correctement fermé derrière vous, ne pas cacher un double de clé là où c’est évident.

Ne pas créer une situation propice au vol

Par exemple, laisser croître des arbres qui seraient des cachettes idéales pour les éventuels voleurs équivaut à créer une situation favorable au cambriolage.

Souvent réviser l’état de votre sécurité

Faire réaliser un audit de sécurité par un professionnel est une bonne initiative pour déterminer où se trouvent les failles de votre système de sécurité. En effet, celui-ci aura suffisamment d’expertise et de recul pour identifier avec plus de précision les faiblesses de la sécurité de votre maison et vous proposer les solutions appropriées.

Recourir à une société spécialisée ?

Le taux élevé de cambriolage en France est un fait. Peut-être vaudrait-il mieux faire appel à une société spécialisée dans le domaine de la sécurité et du gardiennage pour vous appuyer. Souvent, les contrats avec eux font état d’une obligation de résultat et la mention même que votre propriété est sous surveillance aura un effet dissuasif sur le cambrioleur.

Se préparer au pire : les assurances.

Sécuriser sa maison c’est aussi avoir des solutions de sauvegarde au cas où vous vous feriez quand même cambrioler. L’assurance vol est, dans ce cas, une solution adéquate même si elle vaut parfois très chère.

Conclusion ?

Actuellement, protéger efficacement sa maison contre le cambriolage est à la portée de n’importe quel particulier, peu importe son budget. En effet, les outils qui servent au renforcement sont accessibles partout et à un prix abordable voire gratuit (comme le formulaire « tranquillité vacance de la Police »). Ce qui est important, c’est de connaitre où se trouvent les failles de sa sécurité en procédant à un audit (que vous ferez vous-même ou en ayant recours à un pro) et de les corriger. Vous pourrez également mettre à niveau petit à petit votre système de sécurité, en procédant à une amélioration après l’autre.

Summary
Article Name
Comment sécuriser sa maison ?
Description
Découvrez comment se protéger contre les cambriolages efficacement.
Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *